Accoucher en temps de crise est née du besoin des personnes qui accouchent à avoir accès à une information rassemblée et fiable en ce qui concerne les accouchements au Québec depuis le début de la pandémie.

Accoucher en temps de crise COVID-19

Accoucher en temps de crise est née du besoin des personnes qui accouchent à avoir accès à une information rassemblée et fiable en ce qui concerne les accouchements au Québec depuis le début de la pandémie.

Accoucher en temps de crise

Depuis le début de la crise sanitaire, des directives de santé publique sont émises et sont modifiées sur une base quasi quotidienne. Ces directives sont applicables par les autorités compétentes, mais parfois, il est difficile de garder le fil, d’autant plus que l’application de ces directives peut varier d’une région à l’autre ou même, d’un établissement à l’autre.

L’incertitude du contexte façonne, d’une manière ou d’une autre, le vécu des nouveaux parents. Les droits que les femmes et personnes qui accouchent ont acquis dans les dernières décennies sont soumis à une dure épreuve. Il est important de garder le fort et de s’assurer que ces droits sont respectés durant tout le continuum de la grossesse et l’accouchement.

Information rassemblée & fiable

Ainsi, ce site web se veut une œuvre vivante dédiée au partage de ressources et d’informations pour les personnes qui accouchent en temps de crise. La mission principale de cette plateforme, en plus d’informer et d’outiller les femmes et personnes pour leur accouchement, est de récolter des données sur le vécu — par le biais d’un questionnaire, mais également sur les pratiques des hôpitaux et maisons de naissance à travers la province. 

Une chose qui ne change pas,
c’est qu’en pandémie, les personnes
accouchent quand même.

Cela implique :

la fréquentation des milieux hospitaliers — souvent des points chauds de COVID-19

des changements au niveau des suivis de grossesse et des examens médicaux

l’application de directives concernant la présence d’accompagnateur.ices durant l’accouchement ou la période post-natal

la disponibilité réduite du personnel médical – corps professionnel déjà en pénurie

une augmentation de l’anxiété chez les femmes et personnes enceintes et les partenaires

L’annulation des cours prénataux

Et plus encore.

Témoignages

Et puis, j’ai lu sur l’impact d’un tel stress sur un bébé à naître. Rien de bon évidemment. Rien. Il faut donc éliminer tout facteur de stress dans la vie d’une femme enceinte. D’accord, merci. Mais comment on fait pour éliminer le stress dans un contexte comme celui que nous vivons ? Quand tout est facteur de stress dans les médias, les discussions en familles, même en couple.

Clémence Doray